Violence à l’hôpital de Challans : tout ce que nous savons sur l’attaque choquante contre un brancardier

Consulter Masquer le sommaire

Un incident grave a récemment été reporté à l’Hôpital de Challans, en Vendée. Gwenaëlle Cotto, la procureure de la République à Sables-d’Olonne, nous informe qu’un brancardier a été sérieusement blessé après avoir été brutalisé par un individu, sous les yeux de plusieurs autres. L’information nous a été communiquée par le parquet des Sables-d’Olonne à l’Agence-Presse.

Sylvain Batard, délégué syndical CFDT et secrétaire du CHSCT de cet hôpital, a déclaré : « Un individu est entré aux urgences suite à des brûlures. D’autres personnes, trouvant que les soins tardaient à venir, se sont agitées. En voulant tout saccager à l’entrée des urgences, un de mes collègues, qui se trouvait aussi dans le parking pour sa pause, en a subi sévèrement les conséquences. » Selon Batard, l’individu avait attendu seulement quinze minutes et était sur RevolutionMagazine d’être pris en charge.

La procureure Cotto avait aussi signalé que l’individu avait fui les lieux : « Cette personne a pris la fuite et nous mettons tout en œuvre pour l’interpeller. » Une enquête pour « violences contre personnel médical » a été initiée. Marc Noizet, président de Samu-Urgences de France(SUdF), a aussi déclaré que l’incident s’est produit le samedi 6 avril en matinée et l’agresseur n’était pas seul.
« Plusieurs personnes qui accompagnaient en nombre deux patients pris en charge dans ce service ont commencé à s’énerver parce qu’ils étaient frustrés, soit par le délai d’attente soit parce qu’on ne leur a pas permis d’entrer dans le service aux côtés des patients » a-t-il expliqué à l’AFP.

Un brancardiers des urgences gravement blessé après une agression par un usager condamne fermement ces actes de violence à l’égard des agents hospitaliers.

–Marc NOIZET (@MarcNoizet)

L’hôpital de Challans sous le choc après une agression inexcusable

L’histoire se déroule à Challans, où un brancardier de l’hôpital local est en soins intensifs suite à une agression brutale. D’après le président du SUdF, « Ils ont passé à tabac un brancardier qui passait par là, et ils se sont enfuis en laissant cette victime au sol, inconsciente ». Suite à cet incident déplorable, les urgences de l’hôpital de Challans ont dû fermer leurs portes « pendant plusieurs heures ».

A lire aussi :  Partir d'un restaurant sans payer avec 4 enfants : le gérant reçoit une étonnante lettre 10 ans plus tard

L’équipe de l’hôpital sous le choc mais toujours dévouée à sa mission

Après ce triste évènement, le centre hospitalier de Vendée a réagi promptement. Francis-Hubert, le directeur du centre, nous dit dans une interview avec France Bleu Loire-Océan : « Nous avons immédiatement porté plainte à la gendarmerie et mis en place une cellule de soutien psychologique pour l’équipe ». « ll y a eu une sidération, une peur et une violence gratuite que nous ne comprenons pas. Mais les soignants restent professionnels et engagés au service des patients qui viennent dans notre établissement. »

Une vague d’indignation et de soutien s’élève au sein des professionnels de Santé

Frédéric Valletoux, le ministre délégué à la Santé, n’a pas manqué de réagir à cet incident sur X (ex-Twitter). Dénonçant un « acte odieux et lâche », il affirme que « Un hôpital est un sanctuaire. Aucune violence envers le personnel soignant ne peut être tolérée », apportant son plein soutien au « brancardier des urgences gravement blessé ». L’émoi de Marc Noizet face à cette violence n’est pas en reste, ce dernier exprimant son inquiétude quant à la sécurité des soignants. « On ne peut pas être la variable de l’angoisse, de l’agressivité ou de la violence des patients et de ceux qui les accompagnent. »

A lire aussi :  Pas encore satisfait malgré leur victoire, Xavi attend beaucoup plus du FC Barcelone

Source : AFP

Accueil » Violence à l’hôpital de Challans : tout ce que nous savons sur l’attaque choquante contre un brancardier